Gallerie de Photos des Iskandaranis

Iskandaranis Photo Gallery

  •  
  • Ordre de tri:
  • afficher un calendrier par date d'ajout
  • afficher un calendrier par date de création

BASKET EQUIPE INEGALABLE / II CLUB SAINT-MARC EN ITALIE [16]

Extrait du Lotus n. 66 - Edition octobre 1954


CHAMPIONNE D'EGYPTE 1953 de BASKET- BALL, l'équipe du "CLUB SAINT-MARC" était invitée à représenter le basket égyptien au tournoi de Sanremo (Décembre 1953 - Janvier 1954) qui réunissait les meilleures formations d'Italie (BORLETTI), de France (PUC), d'Espagne (REAL MADRID), de Grèce (PANELLINIOS).


Après plus de 10 jours de voyage, le groupe prend contact avec le terrain de basket. Le "Corriere della Sera" titrait: "L'équipe du St. Marc d'Egypte est composée de "jeunes écoliers". Et dans son article, le chroniqueur se demandait comment de si jeunes garçons peuvent tenir le coup devant des STEFANINI, BORRAS, GALINDEZ, ROUBANIS etc.

Le premier match contre le Real de Madrid: faisant une magnifique impression, SAINT-MARC remporte la première victoire par le score magnifique de 77 points à 58.

Le lendemain, SAINT-MARC joue contre le P.U.C. Grace à une étincelante fin de partie, SAINT-MARC gagne le second match, contre ce redoutable adversaire par 58 points à 54.

Après cette seconde exhibition, GABY CATAFAGO était classé meilleur joueur du tournoi.

Trosième jour, troisième match contre la BORLETTI, championne d'Italie. Avant la partie tant la presse italienne que la française donnaient St. Marc, favori du tournoi. Le grand quotidien français "L'Equipe" titrait: "Le trophée de Sanremo doit etre enlevé par les Egyptiens". "Nice-Matin" annonçait:"Le St. Marc d'Alexandrie s'impose comme premier favori du tournoi". Le "Corriere della Sera": "Avec des joueurs comme GABY CATAFAGO, RORO SABOUNGHI, SAMI MANSOUR, GEORGES CHALHOUB, ELIE ARAMAN et MAGDI RIZGALLAH le St. Marc peut pagner la 4ème édition du tournoi de Sanremo.

Tour le monde à Sanremo avait pris notre équipe en grande sympathie et les gars laissaient chaque fois aux spectateurs une excellente impression. On aurait dit que l'arbitre espagnol - qui devait diriger la rencontre contre la BORLETTI - n'avait pas avalé la cinglante défaite que notre équipe avait infligée au REAL de Madrid à l'ouverture du tournoi.

L'arbitre Mohamad El Sayed ("Joséphine"), notre représentant officiel à Sanremo déclarait après notre défaite (63-61): "Nous avons perdu mais nous avons été privés d'une victoire quasi-certaine. "Des erreurs techniques flagrantes on été commises par l'arbitre espagnol au cours du match". Après avoir expliqué ces erreurs techniques, Mohamad El Sayed poursuit: "J'admire vraiment les joueurs du St. Marc pour avoir gardé, malgré toutes ces injustices, leur sang-froid, et leur tenue, continuant à etre impeccables. Mais cette défaite face à la BORLETTI (63-61) mettait leur moral à dure épreuve.

Démoralisés et vidés, nos joueurs cédaient facilement le lendemain devant le PANELLINIOS. Mais toute la presse continue à faire leurs éloges. Dans "Nice-Matin" sous un titre sur tois colonnes "Défavorisé par l'arbitre le St. Marc est battu par la Borletti", Paul Calmet écrit: "Ce match entre Italiens et Egyptiens a donné lieu à un duel dramatique d'où les joueurs du St. Marc sortirent vaincus. Disons tout de suite que la victoire des champions d'Italie laisse planer un doute car l'arbitrage a franchement lésé les Egyptiens. Il est vrai que la partie n'était pas facile à diriger tant la lutte était apre, mais nous constatons que le St. marc a été privé d'un panier parfaitement valable et qu'en fin de match le St. Marc n'a pas bénéficié de deux lancers-francs sur faute flagrante d'un Milanais." Plus loin, Mr. Paul Calmet ajoute: "Le St. Marc emballe le public, les fautes pleuvent mais pas toujours infligées au véritable coupable. Le public applaudissait à tout rompre "son" équipe et les joueurs du St. Marc rejoignaient les vestiaires les larmes au yeux".

Dans l'Equipe", G. Bollini écrit: "Le St. Marc a perdu en grand champion.....les Egyptiens ont produit une grosse impression soit par leur rapidité d'exécution, soit par leur précision au panier".

Echos de la presse italienne:
dans "Tutto Sport" Silvestro del Gratta écrit: "Le St. Marc a un "cinq" homogène qui joue durant toute la partie avec une vitesse supérieure et une sureté déconcertante. Tous ses hommes sont de classe supérieure aux adversaires et mélangent harmonieusement leurs actions pour les faire arriver à la réalisation qui distingue les vrais champions". Plus loin, Silvestro del Gratta écrit: "Du coté purement technique, les Egyptiens sont supérieurs aux Italiens et les décisions de l'arbitre espagnol ne les ont point favorisés".

Dans la "Gazzetta dello Sport" Franco Campochiaro écrit: "Par objectivité nous devons dire que des deux équipes, c'est le St. Marc qui fit la meilleure impression. Ne méritant point la défaite devant la Borletti, les Egyptiens avaient bien raison de pleurer et de se mordre les doigts après le match aux vestiaires".

Après notre défaite contre le Panellinios de Grèce, Campochiaro affirmait: "Malgré leur sévère défaite contre les Grecs, les Egyptiens restent una grande équipe...". Et le "Corriere della Sera" explique notre défaite en ces termes: "Après une épreuve comme celle que le St. Marc a subie contre la Borletti on ne pouvait pas s'attendre à mieux devant les grecs da la part des grands basketteurs d'Egypte".

Le tournoi de Sanremo est fini. Notre équipe a laissé une très forte impression en se classant troisième.

La tournée italienne continue et l'équipe part pour Varese pour rencontrer l'équipe de cette ville. Le lendemain du match, "La Prealpina" fait l'éloge de notre équipe et le président du club de Varese adresse une lettre de remerciements, dans le journal de la ville, au directeur de la Borletti pour avoir donné l'occasion aux sportifs de Varese d'applaudir les artistes-basketteurs égyptiens.

St.Marc est invité à Milan, à Bologne, à Florence, à Modena. Toutes les villes italiennes veulent recevoir notre équipe mais, "nous ne pensons plus qu'à notre championnat d'Egypte".

FORMATION DE L'EQUIPE OLIMPIA BORLETTI - MILAN (ITALIE):

CESARE RUBINI (CAPITAINE-ENTRAINEUR), ROMEO ROMANUTTI, GIOVANNI MILIANI, ENRICO "RICKY" PAGANI, SERGIO STEFANINI, SANDRO GAMBA, GIUSEPPE SFORZA, RENATO PADOVAN, ALBERTO REINA, VALSECCHI.